Principes de la biomécanique en krav maga

Krav maga et biomécanique

Pour comprendre vraiment la nature de Krav Maga, il faut définir que c’est la recherche biomécanique constante des meilleures solutions possibles à la légitime défense et aux problèmes de combat. La biomécanique qui est l'exploration des propriétés mécaniques des organismes ne permet pas des centaines de façons de faire dans un geste adapté, et n'offrira pas forcément de solutions parfaites et multiples à une agression. Pour la simple et bonne raison qu'un individu n’aura qu’une capacité de réponse limitée sous le stress. Plus la réponse biomécanique est complexe, plus la probabilité de la retranscription le moment voulu baisse.
 
Cette capacité de réponse sous le stress, basé sur l'expérience opérationnelle (terminologie professionnelle pour définir l'expérience acquise dans des situations réelles), peut être augmentée. Mais seulement avec une certaine variation et variabilité dans l’entraînement :

  • le stress ;
  • la peur ;
  • l'adrénaline ;
  • le défi et la variance psychologique ;
  • etc...

Cet entraînement global fera toujours partie intégrante de la retranscription de la réalité des combats. Sans cet entraînement spécifique, l’application de la biomécanique du krav maga défensive ou offensive, de surcroît à des vitesses extrêmes (donc efficace), et même pour les praticiens expérimentés, est illusoire. Pour cette raison, le krav maga essaye toujours de trouver un système réactif simple, généralisable, et le plus important, compatible avec le système réflexe psychologique inné de l’être humain.
 
Une des sources d’inspiration de la biomécanique dans le krav maga ?
 
Arrivé à l’âge de 14 ans en Palestine Moshe Feldenkrais (1) à connu les violences de rue et les agressions aux sabres ou aux couteaux. Par la suite et après sa rencontre avec Jigoro Kano, fondateur du Judo en 1933, il accepte de participer à l’introduction du Judo en Europe, en faisant le lien entre les pratiques japonaises et le milieu associatif français. Il fonde le Jiu Jitsu Club de France, écrit plusieurs ouvrages, et est l’un des premiers Européens à avoir une ceinture noire de Judo.
 
Extrait de l’entrevu avec Moshe Feldenkrais (2)
 
«… J'avais alors 16 ans. J'étais comme tout le monde. Nous avons décidé que nous n’allions pas mourir, ces Britanniques ne seront pas ici tous le temps et nous ne serons pas confrontés aux Arabes comme ennemis pour toujours. Nous avions tous été formé à l’Haganah (3), ce qui signifie la force d'autodéfense. Nous étions 300 jeunes hommes et nous n'avions rien, nous n'avions même pas de couteaux, mais seulement des bâtons. Donc, nous nous sommes mis ensemble, nous avons commencé à apprendre à utiliser nos mains, bâtons, tout ce qui venait à notre portée, afin de pouvoir prendre soin de la population qui ne pouvait pas se défendre du tout. Nous avons eu un garçon venue d'Allemagne qui était un expert en Jujitsu et il nous a donné les premières leçons. Après un certain temps, nous étions tous de grands experts. Nous nous formions tous les soirs. Mais alors, après quelques mois de calme, les gens ont cessé de s'entraîner et ont abandonné. Puis, quand les problèmes ont recommencé, il s'est avéré que dans tous ceux qui ne connaissaient pas le jujitsu et qui n'avaient pas été formé de cette manière, aucun d'entre eux n'ont été blessé ou tué parce qu'ils ont fui et se sont cachés. Alors que les grands experts se sont battus contre les couteaux et les épées à mains nues ou avec un bâton et la moitié d'entre eux ont été tués ou blessés. Les gens qui n'étaient pas formés ont été sauvés parce qu'ils ont couru, ou ils n'ont pas mis leur cou en danger. Mais ces idiots stupides qui avaient quelques mois de formation et se disaient experts, parce que dans le gymnase en utilisant des matelas, ils pouvaient faire quelque chose à quelqu'un qui attaquait à moitié. C'est comme si vous faisiez un mois d'Aïkido et que vous essayez de combattre quelqu'un avec une épée, alors vous verrez ce que votre Aïkido vaut. Donc, c'était ça. Je ne pouvais pas cautionner ce système…. »
 
« …Alors je me suis assis et j'ai dit, regarde, je vais proposer quelque chose de très drôle. De toutes les astuces de Jujitsu, j'ai appris, disons, que la plupart ne valent rien. Si je vais vous frapper avec un couteau, que feriez-vous ? Tu lèves ta main. Par conséquent, c'est le point de commencement. Maintenant, je vais vous entraîner avec ce mouvement seulement, jusqu'à ce que vous ne réfléchissiez plus. Vous protégerez toujours votre tête et votre gorge et votre corps contre toute attaque et je vais construire avec le premier mouvement que vous faites spontanément. Je suis allé prendre un groupe de personnes, j'ai pris un couteau, j'ai attaqué chacun d'eux et je les ai photographiés. J'ai conservé leur premier pas, et je l'ai constaté avec certitude, si vous attaquez vraiment, personne n’adopte les gestes appris sur le tatami et ne prend le couteau en main. Il fait quelque chose pour se protéger. Il ne t'attaque pas, mais il substitue un bras à la tête, à la gorge, au dos... »
 
Krav maga, biomécanique et équilibre
 
« ... Ainsi, l'équilibre dans les arts martiaux est très particulier et très étrange. Vous devriez pouvoir récupérer votre équilibre, votre garde plus rapidement que l'adversaire, trouver une faille dans son équilibre et profiter de cela. Maintenant, comment récupérer plus rapidement son équilibre que le sien ? C’est un être humain, vous êtes un être humain et votre perte d'équilibre doit être récupérée plus rapidement que le sien, sinon vous ne pouvez pas le contrôler, et vous ne pouvez certainement rien lui faire autrement… »
 
« ... Mais pour l'obtenir, vous devez apprendre à vous organiser afin que vous puissiez récupérer votre garde plus rapidement que l'adversaire. Comment faire cela ? Regardez la façon dont le huitième Dan travaille avec des personnes ordinaires ou avec un troisième Dan. Voyez-vous ce qui se passe? Le type les détruit et comment le fait-il ? Vous ne pouvez même pas le voir. Pourquoi donc ? Les attaques de troisième Dan se font et rien ne se passe. L'attaquant peut être vigoureux et fort et rien ne se produit. Pourquoi ? Parce que le huitième Dan récupère son équilibre d'abord, et pendant le moment ou l'autre l'attaque, il contrôle complètement son corps, il change et récupère son équilibre si vite que lorsque l'autre fait le moindre mouvement, il peut profiter de cela.
 
Temps de réaction
 
Le temps de réaction des personnes est approximativement le même. Le temps de réaction du système nerveux est similaire d'une personne à l'autre, dans des limites assez étroites, à moins que la personne ne soit mal formée. Par conséquent, ce qui peut être fait, c'est à dire la récupération de l’équilibre et la réorganisation, n'est qu'un moyen de lier cette partie de vous qui voit, entend, écoute et ressent. Avec votre façon de déplacer votre bassin et vos jambes afin d'être coordonné, il ne doit y avoir aucun gaspillage d'énergie, pas de perte de travail, pas de perte de poussée entre la tête, la colonne vertébrale et le bassin. Donc, cela vous montre encore qu'il existe une organisation d'os, de tête et que le lien entre eux est tellement organisé que vous pouvez vous déplacer rapidement. Et lorsque votre organisation est supérieure, le temps de réaction n'a aucune conséquence. Le temps de réaction neurologique est le même pour vous que pour lui, mais vous vous organisez plus rapidement, par conséquent, vous pouvez récupérer l'équilibre plus rapidement qu'il le peut, donc vous l'avez battu... »
 
Biomécanique et étranglement
 
Exemple de biomécanique face à un étranglement : Qu’elle dure quelques secondes ou plusieurs minutes il y aura toujours une phase de pré-combat. La prise en compte de cette phase et l’analyse de l'environnement est déjà le déterminant de la suite des événements (issue de fuite, distance...).
 
Pas le temps, l'adversaire se rue pour nous étouffer ! En fonction de notre distance et de notre état mental, nous ne sommes pas prêts à agir avec une réponse établie :
 
Une fois que les mains de l'assaillant sont enroulées autour de notre gorge, nous initialisons un réflexe primitif, mais pas nécessairement inefficace qui commande nos propres mains à couvrir les mains des adversaires et essayer désespérément de nous toucher la gorge. Pourquoi ? Parce que le cerveau reptilien est un organe très égoïste qui se divise au-dessus de tout et qui envoie les soldats les plus rapides disponibles (les mains) au problème (l'étranglement).
 
En fait, à ce moment-là, notre cerveau ne réfléchit pas vraiment à autre chose, même pas à attaquer. C'est aussi là où un certain nombre des systèmes d'autodéfense n'ont aucun sens de la réalité. Ils essaient d’entraîner les pratiquants à traiter immédiatement un problème :

  • auxquels ils ne s'attendaient pas ;
  • avec une solution qui ne peut être exécutée que par un défendeur détendu et agresseur passif.

Une fois que les mains couvrent les mains de l’agresseur et essayent désespérément de les décrocher, il est possible d’observer dans la position de l'attaquant et du défenseur, qu’une constatation est évidente :

  • les quatre bras sont impliqués dans l'attaque ou la défense. Les jambes deviennent donc souvent la seule et la première option pour une réplique immédiate et efficace ;
  • une fois que l’étranglement a été relâché, pousser brutalement l'adversaire pour faciliter l'échappatoire et le faire sortir de notre zone est souvent la meilleure solution.

La biomécanique et les clefs
 
Une autre erreur majeure dans la sélection de la technique biomécanique de self-défense est de penser qu’il est possible à quelconque niveau d’utiliser des clefs et se désengager de l'étranglement sans douleur ou frappe de l'adversaire. La réalité est que la majorité des personnes ne sera pas capable d'exécuter une réponse comme celle-là contre un adversaire enragé qui essaie de vous tuer. Toutes les réponses doivent inclure des percutions rapides et idéalement sur des cibles très sensibles. Les clefs sont très efficaces, mais de nature à être réservé aux professionnels. Car ils sont amenés à les pratiquer régulièrement.
 
Conclusion
 
La question de savoir quoi et comment produire des changements dans l'organisation neuromusculaire et biomécanique d'une personne déterminée à nuire est une pratique difficile, mais qui s’apprend. Pour « battre » (se défendre efficacement face à) quelqu'un par compétence ne signifie pas qu’il faut se forcer à traverser le mur avec la tête, ni de s’entraîner à taper comme une mule pendant des heures dans un pao. Il faut apprendre à voir quand cela peut être fait et quand cela ne l’est pas.
 
(1) Moshe Feldenkrais feldenkrais-france.org/?page_id=48
(2) Entrevue avec Moshe : L'histoire extraordinaire de comment Moshe Feldenkrais est venu étudier le judo. Par Dennis Leri, Charles Alston, Mia Segal, Robert Volberg, Frank Wildman, Anna Johnson et Jerry Karzen assistant lors de la formation de San Francisco en 1977 © 1977 Dennis Leri et al.
(3) La Haganah était l’organisation de défense clandestine du Yichouv (terme désignant l’ensemble des Juifs présents en Palestine avant la création de l’État d’Israël) de 1920 à 1948.

12/07/2017


Le krav maga qu'est ce que c'est ?

Contrairement et malheureusement a ce qui peut être écrit, le krav maga n'est pas un art martial. Et aussi loin que les archives...
Le krav maga qu'est ce que c'est ?

Histoire du krav maga

Le Krav Maga enseigné à La Rochelle n'est pas un nouvel art martial mais un système de défense moderne...
Histoire du krav maga