Le krav maga et ses bienfaits

Les bienfaits apportés par le krav maga sont nombreux. Même s’il ne s'agit pas d'un sport mais d’un système de défense, la condition physique en est la base. Donc, au-delà des bienfaits reconnus depuis longtemps de l’activité sportive en elle-même pour la santé, la pratique du krav maga est également bénéfique pour le fonctionnement du cerveau en lui-même.
 
À tout âges, à chaque nouvel apprentissage, se mettent en place de nouveaux réseaux. C'est ce qu'on appelle la plasticité cérébrale des neurones (ou plasticité neuronale) et des synapses, qui est observable par imagerie médicale.
Les dernières recherches scientifiques sont maintenant à l'opposé de la doctrine mécaniste qui consistait à affirmer que le fonctionnement du cerveau était fixe, immuable et incapable de se transformer ou de se régénérer. La destruction de nos neurones n'est pas inéluctable. Le cerveau humain a même la capacité d'en produire de nouveau au sein de l'hippocampe, dans la zone de l'apprentissage (neurogenèse*) : la pratique du krav maga peut permettre cette régénérescence.

Éléments constitutifs apportés par le krav maga qui permettent cette régénérescence
 
Le krav maga stimule et travail :

  • la mémoire ;
  • l’équilibre ;
  • la tonicité ;
  • la coordination ;
  • le stress...

Le stress en lui-même
 
Le stress constitue l’ensemble des réactions chimiques permettant de s’adapter à une situation nouvelle. Il s'agit donc d'une réaction nécessaire d'adaptation et de survie de l'organisme pour maintenir l'équilibre de l'état intérieur. Le stress cible spécifiquement les aires du cerveau impliquées dans la coordination de la cognition et des émotions : l'hippocampe, l’amygdale et le cortex préfrontal. Un seul épisode de stress sévère peut suffire pour détruire de nouvelles cellules nerveuses dans le cerveau. Une équipe de chercheurs de Rosalind Franklin University semble confirmée que si un peu de stress nous est bénéfique, un stress sévère et/ou imprévisible est nocif.
 
Le krav maga contre le stress

  • apaiseur de stress : l’organisme du pratiquant assidu de krav maga prend l’habitude de mieux se reposer au cours des moments de récupération. Les besoins énergétiques incompressibles de l'organisme constitué d’hormones du stress diminuent. Ce qui permet d’obtenir un rythme cardiaque de repos plus lent.
  • consommateur de stress : les hormones de stress libérées pendant une journée sont brûlées pendant les efforts physiques.
  • entraîneur au stress : le krav maga permet d’habituer le corps à décharger les hormones du stress.
  • régulateur de stress : il devient plus facile de supporter les tensions psychiques inhérentes au quotidien.

Pratique du krav maga à tout âge
 
Il a été démontré qu’à tout âge, on se sent plus alerte au niveau cognitif quand on pratique une activité physique. Faut-il suivre pour autant un programme d'entraînement spécifique pour constater des améliorations ? La science vient de démontrer que l'important est de pratiquer une activité physique. Une étude menée a l'IUGM de Montréal , un établissement affilié à l'Université de Montréal, par le Dr Nicolas Berryman, Ph. D., physiologiste de l'exercice, sous la supervision des Drs Louis Bherer, Ph. D., et Laurent Bosquet, Ph. D., et publié dans la revue AGE (American Aging Association) d'octobre, tend à le démontré.
 
"On a longtemps cru que seul l'entraînement aérobique permettait d'améliorer les fonctions exécutives. Plus récemment, la science a découvert que la musculation donnait aussi des résultats positifs. Aujourd'hui, nos résultats suggèrent que des activités structurées qui visent à améliorer les habiletés motrices globales peuvent aussi améliorer les fonctions exécutives, qui déclinent au cours du vieillissement.", conclut le Dr Nicolas Berryman, Ph. D.
 
Krav maga et imagerie mentale
 
Pour apprendre un nouveau geste, il faut le répéter un certain nombre de fois afin de l’encoder dans la mémoire procédurale. C’est tout simplement l’entraînement ou la pratique. La mémoire procédurale, qui permet l'acquisition d'habiletés et l'amélioration progressive des performances motrices, est peut-être la mieux connue des différents types de mémoires implicites. La mémoire procédurale est inconsciente, parce qu'elle est constituée d'automatismes sensorimoteurs si bien intégrés que nous n'en avons plus conscience. Par exemple, s’alimenter sans devoir être totalement concentré sur cette tâche.
 
L’imagerie mentale

Il existe une autre possibilité d’améliorer l’exécution d’un mouvement une fois que la gestuelle générale a été mémorisée : la simple répétition mentale du mouvement. Ce procédé est l’imagerie mentale. S’entrainer à s’imaginer en train de faire un mouvement active les mêmes représentations cérébrales que celles qui sont liées à la préparation et au contrôle de ce mouvement. De nombreuses expériences permettent maintenant de penser que lorsqu’on s’imagine une action et lorsqu’on exécute réellement la même action, les régions cérébrales impliquées sont similaires.
 
Ce phénomène d’imagerie mentale qui active les mêmes aires cérébrales où le mouvement exécuté s'étendrait même à l'observation d'une action exécutée par une tierce personne. Le seul fait de regarder un autre pratiquant ou le professeur faire un geste, augmente dans le cerveau du pratiquant l’activité des régions qui s’active normalement quand ce geste est réalisé. Ceci grâce aux neurones miroirs. La découverte des neurones miroir est venue, au milieu des années 1990 par l’intermédiaire de  l'équipe de Giacomo Rizzolatti, directeur du département de neurosciences de la faculté de médecine de Parme. Leur caractéristique principale est de s’activer non seulement quand on exécute un mouvement mais aussi quand on la regarde chez l’autre.
 
Entrainement a l’imagerie mentale en krav maga
 
Elle peut se réaliser :

  • dans une visualisation interne : le pratiquant est impliqué dans l'action. Il s'entraine à s'imaginer dans son corps en train d'exécuter le mouvement et il ressent toutes les sensations que ce mouvement peut lui procurer. Ce type de visualisation permet d’emmagasiner et de mémoriser les informations du mouvement.
  • dans une visualisation externe : le pratiquant est spectateur de son action, il la visualise mais ne la ressent plus. Ce type de visualisation, qui permet de traiter beaucoup d'informations visuelles est plus une phase d'analyse et d'apprentissage.

Conclusion
 
Entre logiques, simplicité et intuition, le krav maga est efficace et bénéfique pour le corps et pour le cerveau, car il s’agit sans doute de ses principales qualités.

 

29/07/2016


Krav maga : temps de réaction en cas d'agression

En krav maga, le temps de réaction en cas d'agression représente les facteurs clés de...
Krav maga : temps de réaction en cas d'agression

Effets du stress de combat sur la performance

La recherche scientifique a démontré que les effets physiologiques du stress de combat...
Effets du stress de combat sur la performance