Comment se battre contre plus fort que soi ?

Comment se battre contre plus fort

Toute personne qui a connu le sentiment d'impuissance d'être facilement mise ko par un individu plus jeune, plus petit ou plus âgée, peut confirmer qu’il existe un certain savoir-faire sûr comment se battre contre plus fort que soi.
 
Simplement dit, le meilleur combattant est celui qui utilise son cerveau plutôt que ses muscles.

  • La personne réfléchit est maître de ses mouvements et des mouvements efficaces;
  • bien qu'il utilise moins de force, il réfléchit là où il le fera et avec le plus d’efficacité ;
  • au lieu d'écraser la capacité de son adversaire à résister, il l’a sape.

Malheureusement, beaucoup de personnes pensent le contraire et que se battre encore plus fort est le secret absolu d’un combat efficace contre plus fort que soi. C'est une idée et une attitude commerciale à but lucratif entourant divers arts martiaux mixtes modernes et médiatiques hors de la réalité. Hors de la réalité parce que cette manière de se battre n’est tout simplement pas accessible à tous le monde.
 
Combattre intelligemment ou combattre plus dur ?
 
S’entraîner à se battre intelligemment est plus facile et en plus fait moins mal. En choisissant de ne pas combattre plus intelligemment, cette stratégie ne fonctionnera que jusqu'à rencontrer quelqu'un de plus grand, de plus fort ou de plus intelligent.
 
Tactique défensive de concentration
 
Au lieu de se laisser envahir par les émotions et de se jeter aveuglément face/contre les plus grandes forces de l’adversaire, il faut conserver ses tactiques défensives de concentration. Au lieu de frapper  aveuglément cinq ou six fois, en espérant toucher la cible ou que l’adversaire batte en retraite. Il est préférable de frapper une fois, sous un angle idéal et exactement au bon endroit.
Pour arriver à cela il est indispensable de se concentrer dans un premier temps sur le fait de : 

  • sécuriser son périmètre défensif ;
  • perturber la capacité à se faire attaquer ;
  • mettre en place le prochain mouvement offensif.

 

L’importance de l'utilisation des angles
 
Pour rapidement et sans effort mettre fin à un conflit physique, l’idéal est l’utilisation des angles et être capable de sortir de l’axe afin de placer une attaque/contre simultanée. Non seulement cela empêche l'adversaire plus fort de déployer efficacement ses propres forces et avantages, mais cela permet d’accéder à des zones de percussions qui mettront très rapidement un terme au conflit et/ou de fuir. Quand l’utilisation des angles et le fait de sortir de l’axe sont maîtrisé (et faisables), il est possible d’accomplir trois choses en un seul mouvement.

  • sortir de la zone d’impact ;
  • se mettre en position de contre-attaquer ;
  • rendre cette contre-attaque la plus efficace possible.

En maintenant ce rapport, il est possible d’accomplir en un seul mouvement et deux/trois coups ce que les autres espèrent atteindre en X mouvements et X coups. Quand un combattant est très efficace, il n'y a pas de spectacle, juste un léger mouvement, un bruit sourd et l'attaquant est au sol.
 
Sortir de l’axe d’attaque permet :

  • à une personne plus petite et plus faible de vaincre un adversaire plus gros et plus fort ;
  • de ne pas contester les avantages de la personne plus grande ou plus forte, mais de s’en servir ;
  • cela rend les avantages de l’adversaire sans signification ;
  • d’être en grande partie à égalité en étant plus lente ou plus âgée ;
  • d’utiliser moins d’efforts physiques.

Peu importe la taille, la force et l’agressivité de l’attaquant, en créant ces conditions, en détruisant stratégiquement la base sur laquelle ils sont fondés, il est possible de rendre ses forces supérieures totalement inutiles.
 
Savoir et pouvoir garder son équilibre
 
Avant de s’engager dans un combat de rue, il est important d'avoir la position appropriée qui maximise le potentiel des techniques pour se défendre.
Conditions d'équilibre :

  • un objet est en équilibre si son centre de gravité, son point d'appui et le centre de la terre sont alignés.
  • la verticale qui passe par le centre de gravité doit rencontrer la base d'appui.

 Le corps humain est conçu pour résister et générer de la force à certains égards. Mais, pour déplacer son corps il faut être en équilibre et relâcher. La base de la position est d'être aussi dense et centré que possible. Ce qui rend plus difficile pour l’adversaire pour atteindre sa cible. La position peut varier d’une personne à l’autre mais il faut s’entraîner à trouver et à garder son équilibre en toutes circonstances.

  • lors de l’absorption de l’impact ;
  • lors d’une attaque ;
  • lors d’un déplacement.

 La meilleure façon de trouver son centre d’équilibre est d'imaginer une ligne verticale qui divise le corps en deux parties égales. Le long de cette ligne sont placés quelques-unes des parties les plus vitales et douloureuses du corps qui ont besoin de protection (l'aine, le menton…). La position d’équilibre aide à garder ces zones du corps protégées et fournit l'équilibre pour les déplacements au cours du combat. En krav maga la moitié du poids se répartit équitablement sur les deux pieds, ce qui rend faciles les déplacements lors d’un combat. Bien que l’être humain puisse très bien résister à la force sur les mêmes lignes que nous pouvons le générer, nous sommes assez faibles pour résister à la force le long de nos itinéraires de mouvement. Nous ne sommes tout simplement pas conçus pour opposer une résistance à être déplacé le long de ces trajectoires. C’est sur ces principes mécaniques du corps humain, dans l’utilisation de mouvements et de déplacements court, que le krav maga a été conçu.

Ceux qui insistent pour que toute technique échoue sous le stress
 
Même sous stress, en se déplaçant d'une certaines manière et en tenant son corps dans des poses particulières mais simples, une personne lambda utilisant les angles adéquats de la force, peut apprendre à mettre en place des stratégies de défense sous stress, afin que l'adversaire soit physiquement incapable de résister. Il est difficile de forcer quelqu'un contre comment son corps fonctionne, mais il est facile de déplacer quelqu'un dans la façon dont le corps est conçu pour se déplacer.
 
La garde
 
Qu'elle soit passive ou active la garde est le moment de vigilance où il faut choisir d'attaquer ou de se défendre. Deux phases du combat totalement différentes mais qui partent de la même posture d'attente. Il est nécessaire de posséder plusieurs gardes qui permettent d'engager le plus aisément n'importe quelle technique, mais aussi qui permet de bloquer le plus facilement et le plus rapidement possible lorsque l'on défend . Tout aussi importante que les déplacements et avant même de connaître toutes techniques, la garde est la position fondamentale.
 
L’angle de 45°
 
Le combat n’est que chaos. L’objectif qui consiste à essayer de décomposer ce chaos et de le catégoriser en formes logiques et en angles, afin d'obtenir un avantage combatif futur, grâce à une meilleure compréhension des principes sous-jacents, est quelque chose que les humains ont toujours fait depuis les premiers hommes des cavernes. De cette étude continue sur le processus d' évolution des arts martiaux et système de combat, de nombreuses conclusions simples peuvent être tirés de ce qui semble fonctionner universellement.
 
En estimant la force d'un homme en unités. Disons que la force de l’agresseur est de dix unités, alors que la force de la personne agressée est de seulement sept unités. Si l’agresseur pousse avec toute sa force, la personne agressée sera certainement repoussé ou renversé, même en utilisant toutes ses forces contre lui.
 
Mais si au lieu de s'opposer à l’agresseur, la personne agressée en gardant son équilibre, ne résiste pas en déplaçant son corps de 45° pendant que l’agresseur pousse, l’agresseur sera naturellement penché en avant et perdra son équilibre. Dans cette nouvelle position, pas dans la force physique réelle mais en raison de sa nouvelle position il peut se retrouver en position d’infériorité. Avec un déplacement il donc possible de réduire sa force trois unités seulement au lieu de dix au départ.
 
En attendant la personne agressée, en gardant son équilibre, conserve sa pleine force, comme représenté à l'origine par sept unités de force. À ce moment, la personne agressée est momentanément dans une position supérieure, et il est possible de vaincre l’adversaire en utilisant seulement la moitié de la force, ou trois et demi unités contre les trois unités de l'agresseur.
 
Cela laisse l’autre moitié de la force disponible à toute autre fin. Si la personne agressée avait plus de force que l’attaquant au début du conflit, il serait logique bien sûr de le repousser. Mais même si c’était possible de le faire, il serait encore mieux d'abord de céder, parce qu'en faisant cela, il serait possible de grandement économisé de l’énergie et d’épuisé l’adversaire. 
 
Conclusion
 
Sortir de l'axe, l'utilisation de l'angle de 45° et la compréhension de comment transformer le mouvement de quelqu'un contre lui, est l’essence de l’application du principe attaque/contre simultanée du krav maga. Une fois compris comment le corps humain se déplace, il est possible de prendre le contrôle de ces déplacements dans toutes sortes de situations et de circonstances.

 

01/03/2017


Comment réagir à une agression

Avant de parler de Self-défense lors d'une agression il est très important de maitriser un certain nombre de paramètres...
Comment réagir à une agression

Krav maga légitime défense

La pratique du krav maga nécessite impérativement la connaissance et le fonctionnement de la légitime défense...
Krav maga légitime défense